LES AVENTURES DU BARON DE MÜNCHAUSEN ! 30 jours, mes 30 références geek 30/30

Partagez l'article
      
 
   

« Non, Messieurs, c’est une gageure ! »

Les Aventures du Baron de Münchausen de Terry Gilliam est une de mes plus belles expériences de cinéma, pour ne pas dire LA meilleure. Et c’est peut-être une des pires expériences de réalisateur de Terry Gilliam, qui avait pourtant connu la fameuse bataille pour sortir la version de Brazil qu’il voulait au cinéma.

Encore le même film ?

La femme de Terry Gilliam ne cesse apparemment de lui dire qu’il fait toujours le même film. Et force est de constater que bien souvent dans les films de Gilliam, le refuge ultime est l’imaginaire du protagoniste, qui lui permet d’échapper au pire, comme dans Brazil ou le très perturbant Tideland, ou qui lui permet de transcender la réalité, comme dans Fisher King ou ce Münchausen.

Car ce film met en scène la confrontation entre le réel et l’imaginaire de façon frontale. Jonathan Pryce, qui incarnait le rêveur dans Brazil, revêt ici les valeurs du camp inverse, celui du réalisme à tout crin. À tel point qu’il fait exécuter un héros qu’on vient lui présenter, sous prétexte que son exemple ne peut avoir qu’une mauvaise influence sur ses collègues soldats.

Le Baron, quant à lui, vit dans son monde peuplé d’incarnations de la Mort et d’êtres lunaires sans tête, et a la capacité d’entraîner les autres dans ses songes. Qu’est-ce qui est réel, et qu’est-ce qui est imaginaire dans cet univers ?

Une idée par plan

La réalisation est éblouissante, inventive, colorée, grandiose et baroque, portée par une musique magnifique de Michael Kamen, qui avait également composé celle de Brazil. Les effets spéciaux sont inventifs mêlant toutes les techniques possibles et imaginables.

Difficile pour moi, voire impossible, de trouver un plan banal dans le film tellement celui-ci fourmille de détails. Les acteurs sont fabuleux, John Neville en tête dans le rôle du Baron, et mention spéciale à la toute jeune à l’époque Sarah Polley qui l’accompagne dans ses périples.

Un tournage chaotique

Mais comme souvent chez Terry Gilliam, les coulisses sont aussi passionnantes que le produit final. Celui-ci est relaté dans un livre, Losing the Light. Entre le producteur allemand qui se prend pour Rambo, le renvoi de Terry Gilliam en cours de tournage, son retour car personne en fait ne peut gérer le foutoir qu’il laisse derrière lui, ces techniciens italiens qui parient pour savoir lequel d’entre eux prendra la virginité de la jeune Uma Thurman, on a là un plateau particulièrement haut en couleur…

Le Roi de la Lune doit être interprété par Sean Connery, mais celui-ci se désiste. Gilliam appelle alors à l’aide son complice de toujours Michael Palin, qui accepte avec enthousiasme. Finalement Robin William est engagé, et Gilliam a lors la tâche difficile de rappeler son ami pour le décommander. Et tout cela pour que l’agent de Robin William refuse que le nom de son client apparaisse au générique. Il est crédité dans le film en tant que « Ray Di Tutto »…

Munchausen
Le scénario du film, ainsi que le making of passionnant : Losing the Light

 

Un des plus gros bides de l’Histoire du Cinéma… jusqu’à John Carter

Un Terry Gilliam pince-sans-rire déclarera que le bide de John Carter « l’a sorti de la liste » des plus gros bides au box-office. Car malheureusement, malgré ses immenses qualités, Les Aventures du Baron de Münchausen sera un échec commercial.

Terry Jones, qui à l’époque tourne son Erik le Viking, dira à Terry Gilliam, en voyant Münchausen, que ce dernier a réalisé un film « important ». Je ne saurais être plus en accord avec cette affirmation.

Entre film grandiose et rêve éveillé, le film est d’une richesse et d’une générosité incroyables.

 

Et vous, avez-vous vu ce film, et l’avez-vous aimé autant que moi ? Dites-le moi en commentaire !

Cet article clôture le défi que je m’étais fixé de parler de 30 de mes références de geek pendant 30 jours. Cela fut intense et très enrichissant, en me permettant de faire un sacré tri dans ma tête ! Ce ne sont pas mes seules références, je continuerai à en explorer d’autres sur mon blog. En tout cas, merci de votre attention, j’espère que le voyage vous aura parlé également dans certaines de ces références.


Partagez l'article
      
 
   
      
 
  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.