LES QUATRE FANTASTIQUES de 1994, alors, qu’est-ce que ça vaut ?

Partagez l'article
      
 
   

En préambule, les Fantasgeeks, dont moi-même, parlons des adaptations des 4 Fantastiques dans leur ensemble dans ce live : live sur les 4 fantastiques avec amazing geek planete strange old geek man et norman – YouTube

Un film, un film, viiiiiite !

En 1994, Marvel galère. Alors que DC Comics a réussi brillament son entrée sur le grand écran avec Superman en 1978 et Batman en 1989, Marvel doit se contenter, au mieux, de la télévision. Les studios ne se bousculent pas encore au portillon pour adapter les personnages de la Maison des Idées.

Outre les adaptations en dessins animés, Spider-Man doit se contenter d’une série télévisée, dont le manque de moyens saute immédiatement aux yeux. Plaignons encore le pauvre cascadeur qu’on a suspendu entre deux immeubles, et qui a dû passer de l’un à l’autre avec un filin. Hulk aura plus de succès, porté par le charisme de Bill Bixby et de Lou Ferrigno, même si le concept est un repompage de celui du Fugitif. Quelques téléfilms sur Captain America, et un sur Docteur Strange, ne feront guère illusion.

Même le FILM Captain America de 1990, produit par Menahem Golan qui venait de quitter la Cannon, devra attendre deux ans avant de sortir directement en vidéo ! Il sera diffusé au cinéma dans quelques pays, tout comme certains épisodes des séries Spider-Man et Hulk étaient sortis en salle en France. On parlait quand même un moment d’une production Universal avec Jeff Bridges en Captain America, et là on se retrouve avec un film à trois millions de dollars seulement !

Les Quatre Fantastiques coûteront encore moins cher !

Et pourtant le défi est tout autre ! Je me souviens avoir lu un article où il était précisé qu’un producteur estimait que rien que pour réunir à l’écran les quatre protagonistes dans une pièce, cela coûterait 100 000 dollars ! La société Constantin Films écume les maisons de productions dans l’espoir de décrocher un partenariat – ce qu’ils finiront par faire avec la Fox pour les films de 2005, 2007 et 2015.

En attendant, les droits vont bientôt arriver à expiration, et il leur faut impérativement mettre un projet en chantier sous peine de devoir les perdre. Ils s’associent donc au Pape de la série Z, Roger Corman, pour produire un film… avec un budget d’un million de dollars seulement !

Un million de dollars à l’époque, c’est dérisoire. Un épisode de Star Trek, à l’époque, coûte plus cher à produire.

4 fantastiques 1994
Cette photo m’avait fait rêver à l’époque !

 

Et pourtant, ils mettent du coeur à l’ouvrage !

Avec un tel budget, pas question bien entendu d’engager des acteurs connus ! On pense deviner que les acteurs sont surtout embauchés pour leur ressemblance avec les personnages des comics books. Et pourtant les acteurs n’offrent pas de prestation déshonorante. Alex Hyde-White n’est pas mauvais en Mister Fantastic, sa relation avec Michael Bailey Smith en Ben Grimm est intéressante. Rebecca Staab n’est pas mauvaise en Femme Invisible, même si le personnage n’a pas la même force que dans les bandes dessinées de l’époque. Jay Underwood, lui, est plutôt en surjeu en tant que Torche Humaine.

Un certain Joseph Culp joue Victor Von Doom (Fatalis), et se paie le luxe d’être le meilleur Docteur Fatalis de toutes les adaptations au cinéma, ce qui n’était pas très compliqué, vu ce que les autres films en ont fait. Ses doigts qui cliquètent sans arrêt sont très énervants, et sa voix semble avoir été enregistrée en prise de son directe, quelquefois inintelligible derrière le masque !

Notons aussi la présence du personnage d’Alicia Masters, la petite amie de la Chose, beaucoup plus crédible que Kerry Washington dans les deux films qui y suivront. Alicia y ressemble à un mannequin de mode. En tout cas, l’actrice du film de 1994 est beaucoup plus proche de l’Alicia des pages dessinées.

Même au niveau technique, ils ont essayé !

Pas de miracle à attendre au niveau de la réalisation d’Oley Sassonne, mais celui-ci fait ce qu’il peut, notamment avec des choix d’éclairages intéressants.

La musique, dont on devine que peu a été enregistré en quantité, est constamment réutilisée dans le film, jusqu’à la nausée. Il n’empêche que c’est un véritable thème qui a été créé – même s’il n’y en a qu’un, et qu’il a, quand même, été enregistré avec un orchestre de 48 musiciens ! Les compositeurs, d’eux-mêmes, ont investis 6000$ pour atteindre ce résultat !

Les scènes d’effets spéciaux de la Torche Humaine font pitié, et tiennent plus du dessin animé que de la 3D. On peut d’ailleurs remarquer que quelques plans ont moins semblent pompés sur les dessins animés Superman des frères Fleisher, quand Superman fait des pirouettes parce qu’il est heurté par un laser !

Quelle belle Chose par contre !

La bonne surprise du film pour moi reste La Chose, un maquillage qui fonctionne du tonnerre. C’est John Vulich et Everett Burrell, de la compagnie Optic Nerve, qui s’en sont chargé. On peut le deviner, le budget qui leur avait été alloué était sans doute minime, voire inexistant, et pourtant le personnage fonctionne vraiment bien à l’écran. Il est incarné par le cascadeur Carl Ciarfalio, qui a travaillé avec l’interprète de Ben Grimm pour faire en sorte que leurs maniérismes correspondent.

Ce n’est pas la fin de ce maquillage, puisque celui-ci sera recyclé par Optic Nerve dans certains de leurs projets suivants, comme par exemple Babylon 5 !

Sortira, sortira pas ?

Certains, dont Stan Lee, ont affirmé au cours des années qui ont suivi que le film n’avait jamais été destiné à sortir. L’histoire semble un peu plus compliquée, car toutes les dispositions avaient été prises pour organiser des interviews et une première en 1994. Il semblerait que ce soit Avi Arad, alors grand manitou des productions audio-visuelles de Marvel, qui ait empêché la sortie du film en le rachetant à Corman, tout simplement, et en tentant de faire détruire toutes les copies existantes.

Il y avait sans doute cette perception que la sortie d’un film d’aussi petit budget refroidirait les grands studios pour financer un projet de plus grande envergure sur ces personnages emblématiques, un film dont Arard aurait été co-producteur, bien entendu.

Et moi dans tout ça ?

Moi, j’attendais de mon côté impatiemment de voir le résultat sur le grand écran ! J’avais découvert la photo qui illustre cet article, sans doute dans Mad Movies ou L’Écran Fantastique. Les costumes étaient conformes à ceux des comics, à ceux à cols blancs de John Byrne en particulier, ce qui n’allait pas de soi en 1994 ! On était encore dans cette mode des super-héros en cuir noir depuis le Batman de 1989, une mode perpétuée jusqu’aux X-Men de 2000 !

Je n’ai donc découvert ce film de 1994 que beaucoup, beaucoup plus tard, quand des copies pirates ont commencé à émerger. Il n’existe, à ce jour, aucune édition officielle du film. Triste histoire donc que celle de ce métrage, qui malgré la bonne volonté et les efforts de tous les participants, ne sortira jamais, alors que des adaptations bien plus honteuses encore (oui, Captain America avec Red Brown, c’est à toi que je pense surtout) avaient vu le jour sans coup férir.

Un film à découvrir quand même !

 

Et vous, avez-vous vu ce film par des moyens inavouables ? Qu’en avez-vous pensé ? Dites-le dans les commentaires !


Partagez l'article
      
 
   
      
 
  

2 réflexions sur « LES QUATRE FANTASTIQUES de 1994, alors, qu’est-ce que ça vaut ? »

  1. Je suis Québécois et je l’avais très légalement vu en le louant dans un club vidéo de Montréal… qui en avait visiblement une copie pirate ! Finalement, j’ai trouvé l’histoire et le visuel des personnages très respectueux et proche des BD. Si ce n’était de la pauvreté des effets spéciaux, ce serait même un assez bon film de débrouillardise!

    1. Oui, tout à fait ! À quand l’Édition Spéciale des 4 Fantastiques version 1994 ? 🙂

      Depuis le temps, et vu qu’il est dispo en ligne, ils pourraient quand même trouver un moyen de le sortir quelque part…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.