Taylor Kitsch remercie Netflix pour la mini-résurgence de JOHN CARTER !

Partagez l'article
      
 
   

https://www.cinemablend.com/news/2485808/taylor-kitsch-credits-netflix-for-the-mini-resurgence-of-disneys-john-carter

Taylor Kitsch n’en veut pas à John Carter, loin de là ! Le pauvre, 2012 aurait dû être LA grande année de sa percée au cinéma, après être apparu dans la série Friday Night Lights. Mais les échecs cette année-là de John Carter, Battleship et Savages mettront à mal sa montée au rang de star.

Vous le savez déjà si vous suivez mon blog, sept ans après, je ne me remets toujours pas de l’échec de John Carter au cinéma. Ce film pour moi ne méritait pas son triste sort au box-office. Dès que j’en ai l’occasion, je relaie les signes positifs qui témoignent de l’endurance de ce film, qui n’en finit plus de trouver des fans à travers le monde. Et il y a de nombreux signes positifs depuis 2012.

En 2019, apparemment le film marche plutôt bien depuis son arrivée sur Netflix. Disney+ annonce John Carter pour mai 2020 sur sa plateforme de streaming, donc il semblerait que Netflix ait les droits jusque-là. Difficile de juger puisque Netflix ne communique pas ses chiffres d’audience, mais il semblerait que Taylor Kitsch soit au courant de quelque chose à ce sujet :

« Je pense qu’il a trouvé une seconde vie depuis qu’il a été disponible sur Netflix récemment, peut-être depuis environ un an, mais franchement, oui. Les gens m’arrêtent dans la rue pour m’en parler tout le temps, surtout en Europe. Il a connu une mini-résurgence. Peut-être qu’à l’époque, cela tenait plus d’une réaction épidermique qui aurait voulu enterrer tout ceux qui ont participé à ce film. »

On se surprend à rêver qu’un jour Disney se réveille enfin et se décide à financer une suite, peut-être sous forme de série sur Disney+, à John Carter. Les droits sont toujours disponibles à priori, Andrew Stanton réalise des épisodes de séries depuis le triomphe mérité du Monde de Dory, Taylor Kitsch vivote entre second rôles et téléfilms de prestige, et la carrière de Lynn Collins n’a jamais vraiment décollé… On espère une renaissance, peut-être, un jour.

Comme le dit le John Carter des livres face à l’adversité : « je suis toujours en vie ! ».


Partagez l'article
      
 
   
      
 
  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.