ROXETTE : repose en paix Marie Fredriksson

Partagez l'article
      
 
   

Roxette, c’est le groupe que j’aurais sans doute adoré étant plus jeune. J’étais pile dans la tranche d’âge, mais je suis passé à côté. J’étais conscient de leur existence, j’avais entendu certains de leurs titres, The Look, It Must Have Been Love, et surtout Almost Unreal, une chanson que j’aimais beaucoup et qui s’est retrouvée malheureusement associée à un film, on va dire oubliable, Super Mario. Oubliable certes, mais on en parle toujours plus que si la chanson avait effectivement été reliée au flm Hocus Pocus. Qui se souvient encore de ce navet avec Bette Midler ?

Bref, pour moi Roxette c’était juste un groupe pour midinettes, noyé dans la masse sirupeuse de la pop des années 80, dont les trois chansons phare étaient à ranger au rayon des plaisirs coupables. Et en fait, c’est en cherchant très récemment, il y a trois ans sans doute, pas plus, une chanson que je pensais être de Roxette, mais qui en fait était de Starship, Nothing’s Gonna Stop Us Now, que je suis tombé sur une playlist de Roxette.

Et là, le choc.

J’ai écouté une chanson, puis deux, puis trois, puis une dizaine. J’ai découvert que non seulement j’aimais Roxette, mais que j’aimais TOUT ce que j’entendais de Roxette ! Per Gessle est un génie de la composition, Marie Fredriksson une interprête extraordinaire. Pour tout dire j’étais tellement ignorant sur Roxette il y a trois ans que je pensais que c’était un groupe américain !

J’étais donc devenu fan en 2016, à peu près au moment où Roxette a dû interrompre sa tournée mondiale à cause de la santé de Marie. J’appris donc en faisant quelque recherche son opération pour une tumeur au cerveau en 2002, qui la laissa diminuée. Elle revint, un peu, au point de refaire des concerts. Il y a des vidéos poignantes sur le net de ses derniers concerts où, assise, la voix faible mais toujours volontaire, elle tente d’interprêter les titres du groupe, et où ce sont les fans qui chantent pour elle et la soutiennent. J’ai vu sur le net un reportage très touchant où un journaliste suédois l’interroge chez elle. Elle ne voyait alors plus que d’un oeil, et passait son temps à peindre. Elle semblait apaisée, sereine.

Repose en paix, Marie, tu laisses derrière toi un héritage exceptionnel grâce à ta voix d’or.


Partagez l'article
      
 
   
      
 
  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.