Configuration de SISTER LOVE 2 : LA REDDITION DE NOS RÊVES

Partagez l'article
      
 
   

Alors, SL2, enfin adulte ?

Il y a un moment où il faut bien abandonner ses bébés, une fois qu’ils ont suffisamment grandi. C’est l’impression que j’ai quand je configure les ebooks, brochés et reliés de mes livres. Aujourd’hui, j’ai commencé à configurer les éditions à venir de Sister Love 2 : la Reddition de nos Rêves. C’est finalement plus de 7 ans et demi de travail, depuis le premier mot jusqu’à ce jour.

 

Projets de livres Sister Love 2
Premiers pas vers la publication !

 

J’ai besoin de pré-configurer les livres pour fournir les données à Ethan Joe Pingault, mon prestataire sur 5euros.com, qui finalise les couvertures. Il a besoin des numéros ISBN, qu’Amazon fournit gratuitement (mais qui ne sont valables QUE sur Amazon par contre), ainsi que des « gabarits » des couvertures, qui dépendent du nombre de pages et du format choisi (KDP Cover Calculator (amazon.com).

Ça libère d’un poids. Je n’ai plus que le dernier tome à finaliser maintenant. Jusqu’au dernier moment j’ai fait quelques ajustements ici et là. Je ne sais d’ailleurs toujours pas quelle sera la date de sortie. Pas grave, me direz-vous, car personne ne l’attend, et vous aurez raison.

Le tome du milieu, c’est chiant, non ?

C’est même tout l’inverse, c’est le tome dont je suis le plus fier, et qui m’a le plus surpris. J’ai pris énormément de plaisir à l’écrire, alors que je pensais que puisque c’était l’épisode central, de transition pour tout dire, il serait un peu pénible à écrire. Que nenni ! J’ai beaucoup ri et le personnage de Marianne, en particulier, m’a surpris.

Elle accompagnait Sister Love à la fin du premier tome, dans sa fuite, et je me demandais si, tout comme pour le personnage de Jennifer dans Retour vers le Futur, elle ne serait pas de trop dans la suite. Mais elle s’est imposée comme un personnage particulièrement fort et intéressant. C’est SON tome pour briller, et le troisième, je le savais déjà, était celui de Steven Thorne.

Cela a d’ailleurs guidé le choix des couleurs des trois couvertures, et ce dès que je les ai conçues. Le vert du premier tome est lié aux pouvoirs de Sister Love, le jaune du second tome rappelle le costume de Marianne, et le bleu du troisième est lié au costume de Thorne.

Alors, pourquoi ça a pris sept ans à le finir ?

Pour tout dire, j’étais découragé par mon incapacité à faire connaître le premier tome, ou bien mon second roman, Dieux et Avatars, R.V. (écrit en 2014, dans la foulée de « Mais qui est donc Sister Love ? »; mais que je n’ai publié qu’en 2016).

Rien ne me pressait pour finir ce second tome. Je n’avais pas spécialement de lecteurs, et les rares qui l’avaient lu ne savaient même pas que j’avais entamé une suite, puisqu’ils ne lisaient pas mon blog ! Moi, l’histoire, je la connaissais déjà, après tout.

Mais l’histoire n’a jamais quitté mon esprit, j’y pensais, tout le temps. Sister Love était présente en moi, quel que soit le jour ou la nuit, et me suppliait de finir de raconter son histoire. Mais moi, quand on me force, j’aime pas ça. 🙂

Tu vas le faire, ce truc, oui ou non ?

On croirait entendre ma femme… Tout vient à point à qui sait attendre. Et tout finit par se faire, il faut juste me laisser le temps. Je suis un Taureau après tout. Le chiffon rouge, il faut me l’agiter longtemps sous le nez, mais quand je fonce, ça peut prendre du temps, mais je fonce.

 

Je ne vais pas vous demander si vous attendez le tome 2 de Sister Love, car il y a de fortes chances (99,99%) que vous ne sachiez pas encore ce que vous manquez. Mais j’espère que vous le réaliserez un jour, j’y travaille ! En attendant, portez-vous au mieux !


Partagez l'article
      
 
   
      
 
  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.