DOCTOR WHO ! 30 jours, mes 30 références geek 28/30

Partagez l'article
      
 
   

Tiens, il faut que tu regardes ça !

C’est sur ces mots que mon camarade Olivier me fourre dans les mains les DVD de la saison de 2005 de Doctor Who.

Doctor Who ? Je connais, de nom, uniquement parce qu’un jeu de rôle avait été publié par la compagnie FASA, qui éditait aussi un jeu de rôle Star Trek. À ma connaissance, aucun épisode n’avait été diffusé à la télévision française (apparemment quelques-uns avaient quand même été diffusés, période Tom Baker, mais je ne les avais pas vus).

Au passage, le jeu de rôle actuel est publié par Cubicle 7, à priori pas de traduction française n’est prévue.

Docteur Qui ?

Doctor Who est en fait une véritable institution au Royaume-Uni, car le feuilleton avait été diffusé sans interruption de 1963 à 1989 ! On est cependant loin, au niveau de la production, de la qualité des séries qui nous étaient parvenues auparavant en droite ligne du Royaume d’Albion, comme Chapeau Melon et Bottes de Cuir, Cosmos 1999 ou Amicalement Vôtre.

Là, on est plutôt dans les décors en carton-pâte, et dans des fictions réalisées en vidéo plutôt qu’en pellicule.

L’idée géniale de la série est que son personnage principal se régénère lorsqu’il meurt, rendant ainsi crédible les changements d’interprète. Le personnage reste le même, seul son visage change ! La limite arbitraire de douze régénérations possibles est établie, et elle finira par poser problème, car Doctor Who, ça continue de nos jours !

Une pause de quelques années

Toute institution qu’elle soit, la série finira quand même par s’arrêter, au septième interprète du Docteur, en 1989. Il y aura un téléfilm en 1996, mais qui restera sans suite, jusqu’à la renaissance de 2005.

Seize ans d’absence auront fait un bien fou au Docteur, car c’est bien une série haut de gamme qui fait revenir le personnage sur le devant de la scène ! Sous la houlette du producteur et scénariste Russel T. Davies, fan absolu de la série, le spectateur, même néophyte, ne sera pas perdu. Tous les éléments de la série réapparaitront au fur et à mesure au gré des épisodes, cette fois dans une réalisation à la hauteur des ambitions de la narration !

La Guerre du Temps a tout ravagé, le Docteur est le dernier de son espère, les Seigneurs du Temps, originaires de la planète Gallifrey. À travers les yeux d’une jeune fille, Rose Tyler, nous découvrons ou redécouvrons le concept de la série, où le personnage principal voyage entre les époques à bord de son TARDIS, une antique « cabine de police » en apparence (je croyais que c’était une cabine téléphonique avant de voir la série), qui est « plus grande à l’intérieur« .

Une série énergique et imprévisible

TOUT peut arriver dans Doctor Who ! Impossible de prévoir ce qui va se passer dans l’épisode d’après. La série flirte avec tous les genres, la comédie, l’horreur, la science-fiction, la romance historique… Son interprète principal a toute une gamme d’émotions à montrer, et parfois plusieurs par scène.

Christopher Eccleston ne fera qu’une saison avant que n’arrive David Tennant, et mon préféré pour l’instant : Matt Smith (et l’extraordinaire saison 6) ! Depuis, deux autres Docteurs lui ont succédé, Peter Capaldi et Jodie Whitaker, mais je ne suis plus à jour, je n’ai pas vu leurs saisons, j’avoue.

Citons aussi l’extraordinaire scénariste Steven Moffat, qui deviendra le producteur de la série après le départ de Davies, et qui pour moi a écrit les plus belles heures du programme.

Et surtout, la découverte d’un compositeur d’exception en la personne de Murray Gold, qui oeuvrera jusqu’à la saison 11 avec une musique symphonique qui ferait pâlir d’envie tous les blockbusters !

Bref, Doctor Who est une série d’exception, à découvrir de toute urgence si ce n’est pas encore fait !

 

Et vous, connaissez-vous cette série ? Quel est votre Docteur préféré ? Dites-le moi en commentaire !


Partagez l'article
      
 
   
      
 
  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.