LES 4 FANTASTIQUES ! 30 jours, mes 30 références geek 7/30

Partagez l'article
      
 
   

C’est sur cette interjection, chantée en version française par Noam, que se lançait le dessin animé des studios Hanna et Barbera. Apparemment cette série datait pourtant de bien avant ma naissance, en 1967, mais elle fut diffusée en France en 1980 seulement. J’ai du mal à me rappeler si j’ai vu en premier la série animée de Spider-Man ou bien celle des 4 Fantastiques, mais ce seront mes deux premiers contacts avec les super-héros.

J’appris plus tard qu’ils se connaissaient, et ce fut un choc ! Mon premier contact avec un univers partagé, en quelque sorte.

Super-héros : débuts d’une passion à vie ! – Norman T. Ray – Chez Sister Love (norman-t-ray-chez-sister-love.com)

La naissance de Marvel tel qu’on le connait aujourd’hui, c’est eux !

La légende veut qu’au départ, Stan Lee et Jack Kirby doivent dissimuler le fait qu’ils travaillent une une équipe de super-héros, pour la simple et bonne raison que les comics que la maison Marvel produit sont à l’époque distribués… par D.C. Comics ! Kirby recycle apparemment le concept d’une équipe de quatre personnes également, mais eux sans super-pouvoir, les Challengers de l’Inconnu (Challengers of the Unknown, paru en 1957 chez D.C. Comics).

Sous le couvert donc d’un comic book sur « des monstres », Lee et Kirby créent donc une équipe au concept tout particulier. Leurs pouvoirs, tout d’abord, complémentaires, au point qu’on peut se demander s’ils ne sont tout simplement pas basés sur les quatre éléments, la terre, l’eau, le feu et l’air, un point rarement évoqué et qui pourtant saute aux yeux. Stan Lee avait-il peur que Dieu réclame des royalties ?

Il s’agit également d’une famille, Reed et Susan (Red et Jane pour la version française, on se demande pourquoi) sont un couple, Johnny est le frère de Susan, et Ben Grimm est un ami de la famille. Cette famille est également dysfonctionnelle. Ben Grimm, en particulier, est d’un tempérament colérique, guère aidé par le fait que LUI est devenu un monstre de pierre, et ne peut pas, contrairement aux autres, mener une vie en apparence « normale ».

Et enfin, ils n’ont pas d’identité secrète, seulement des noms de code.

Ils sont les premiers, ils restent les meilleurs !

Ce sera leur slogan pendant quelque temps… aux Etats-Unis. Parce qu’en France leur publication connait quelques chaos. La revue dans laquelle ils apparaissent, Fantask, subit les foudres de la censure et doit s’arrêter. Spider-Man et le Surfeur d’Argent, qui faisaient aussi partie de la publication, seront aussitôt replacés dans le nouveau magazine, Strange.

Mais les 4 Fantastiques devront attendre. La raison ? Ben Grimm, alias la Chose, jugé comme trop monstrueux dans des publications destinées à la jeunesse. Ils finiront par revenir, dans le petit format Nova… ainsi que dans des albums grand format !

J’ai entamé la période « Nova » par les épisodes dessinés par Rich Buckler / George Pérez / Keith Pollard / John Byrne, et encrés par Joe Sinnott. Une grande période, à n’en pas douter !

Des personnages marquants

Chacun des membres de l’équipe a une personnalité très marquée, et très attachante. La couple que forme Reed et Susan est solide comme du béton armé, et est un des rares à avoir résisté à l’usure du temps. Il permet à Reed de sortir de son laboratoire pour montrer son côté humain, un laboratoire aux machines extraordinairement compliquées, un régal pour les dessinateurs qui rivalisent d’ingéniosité pour le montrer, contorsionnant son corps élastique aux quatre coins de la pièce.

L’impulsivité de Johnny Storm contraste avec le caractère bourru de Ben Grimm, et les deux se chamaillaient très souvent. Le problème, quand ces deux-là se chamaillent, c’est qu’il faut refaire toute la déco de la pièce… Et l’apparence même de Ben Grimm est une des plus distinctives de l’Histoire des comic books, et il n’aura jamais été aussi magnifique qu’avec l’encrage de l’immense Joe Sinnott, qui savait mettre en ombre et lumière sa peau rocailleuse comme personne d’autre ! Je me souviens avoir passé des heures à tenter de la répliquer en dessin. Pour une fois, on prend même le grand John Buscema en défaut, il n’a jamais su dessiner Ben Grimm !

Et difficile de passer sous silence ce qui reste LE vilain numéro un de l’univers Marvel : le Docteur Fatalis (Doom en version originale), le personnage qui est sans doute une des inspirations de Dark Vador lui-même ! Savant fou ultra-doué, monarque de Latvérie, magicien à ses heures, et comploteur de génie, en plus d’être doté d’une apparence inimitable.

C’est le personnage qui, pour l’instant, a résisté à toute tentative d’adaptation en « live ». Dans les films, il est systématiquement raté, bien plus que les 4 Fantastiques eux-mêmes !

Pour faire court, ce sont des gens qu’on aimerait connaître ! Quand un de nos maîtres de jeu à Marvel nous a demandé de choisir un « parrain » parmi les équipes de super-héros, j’ai choisi sans hésiter les Quatre Fantastiques.

Je les adore !

 

Et vous, aimez-vous les 4 Fantastiques ? Quelles sont vos histoires préférées ? J’aimerais le savoir en commentaire, si vous le voulez bien !

Fantastic Four
Un petit livre passionnant avec certains des créateurs les plus emblématiques des 4 Fantastiques mis en avant

Partagez l'article
      
 
   
      
 
  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.