Live du 24 septembre 2022 sur La Planète des Singes à la Taverne de Lug !

Partagez l'article
      
 
   

Monkey Planet !

J’ai eu l’honneur de participer samedi dernier, 24 septembre 2022, à un live sur la chaîne de La Taverne de Lug, sur la saga de La Planète des Singes !

Bien évidemment, étant donné l’âge des films, aucun de nous, même les plus vieux, n’a pu voir aucun des originaux en salle ! Sortis entre 1968 et 1973, la saga originale a fait les beaux jours de la 20th Century Fox, dans les salles et dans les magasins, puisqu’elle a généré nombre d’articles de merchandising !

Un roman français !

J’avoue, je n’avais pas lu le roman original de Pierre Boulle. Pourquoi ? Je ne sais pas, d’autant plus que j’avais bien aimé les films. Un rendez-vous manqué sans doute. J’ai profité de la mise en chantier du live pour le lire. J’avais toujours entendu dire que le roman était très différent, mais j’ai eu la surprise, finalement, d’y voir beaucoup plus de points commun avec le premier film, et même à travers certains éléments des suivants, que de différences !

C’est un roman court comme je les aime, qui va à l’essentiel, tout en développant une satire sociale des plus bienvenues. Les singes sont, comme dans le film, séparés en trois espèces, les chimpanzés, les gorilles et les orang-outangs. Zira, Cornelius et Zaius sont d’ailleurs bien présents dans le roman, et occupent les mêmes rôles que dans les films.

Nova, l’humaine mutique à la peau dorée, m’a forcément fait penser à Dejah Thoris. Elle aussi est la première personne à l’apparence humaine rencontrée sur cette planète que les astronautes renomment Soror, et là aussi le héros est immédiatement subjugué par sa beauté. Bon, là s’arrêtent les parallèles, Dejah Thoris est intelligente, elle.

New York, mais avec des singes !

Voilà plus ou moins ce que découvre Ulysse Mérou, le héros du roman. Une ville contemporaine (enfin, de 1963 !), avec ses passages piétons ornés de constructions métalliques, pour que les singes s’y déplacent comme dans les arbres ! On peut imaginer le potentiel comique de ces scénettes, qui auraient pu régaler un Blake Edwards. Car oui, le réalisateur de La Panthère Rose, qui à l’époque finissait La Grande Course Autour du Monde, fut envisagé pour adapter le film en 1964 !

Malheureusement, ou heureusement, c’est selon, le budget présenté à la Warner, 7 500 000 dollars, scéllera le destin de cette adaptation. Si celle-ci avait été menée à bien, on aurait eu de toute évidence un film très différent, et peut-être pas une saga finalement.

Les producteurs avaient beau dire que le film aurait gardé son sérieux, on n’embauche pas Blake Edwards pour faire de la philosophie et du commentaire social…

La fin de la saga originale !

Suite au succès impressionnant du premier film, les quatre films suivants vont progressivement s’étioler, au fil des budgets de plus en plus minuscules. À l’époque, on n’imagine pas qu’une suite pour faire aussi bien, et même mieux, qu’un film original. On considère alors qu’une suite fait systématiquement les deux tiers du box office du film précédent. Suivra une série télévisée et une série animée, puis plus rien après 1975.

À noter qu’en 1984, des passionnés de la série tenteront de faire éditer un livre sur la conception des films. Celui-ci paraîtra… en 2001 ! Jusqu’à la mise en chantier du film de Tim Burton, aucun éditeur ne sera intéressé !

Et alors George Taylor dit : « je reviendrai »

1993, Oliver Stone propose de produire une nouvelle version de La Planète des Singes, il intéresse alors Arnold Schwarzenegger au projet, imaginez ! Il y a une filiation certaine en plus entre certains éléments de la carrière de Charlton Heston et de Schwarzenegger, ils joueront ensemble dans quelques scènes de True Lies. Le scénariste est alors Terry Hayes, familier des mondes post-apocalyptiques puisqu’il avait écrit Mad Max 2. La mutation des singes est due à une manipulation génétique.

1995 : Schwarzenegger essaie de faire participer le réalisateur Philip Noyce au projet, mais celui-ci finira par accepter de réaliser La Saint avec Val Kilmer. Arrive ensuite Chris Columbus et Sam Hamm au scénario, celui qui a écrit le Batman de 1989 pour Tim Burton : un vaisseau extra-terrestre s’écrase à New York, le pilote est un singe, qui répand un virus qui tue les enfants nouveaux-nés. Un astronaute est envoyé sur une autre planète pour trouver un remède et y trouve une société de singés, dirigés par Zaius.

Et Nova dit « ne la touche pas sale p… »

Novembre 1997 : James Cameron arrive, il veut produire et écrire le film. Arnold est sur un autre projet, on parle alors de Kevin Costner, ou de Harrison Ford en héros.

6 Juillet 1998 : Michael Bay est en pourparler avec Cameron pour réaliser le film. Le film se passerait 30 ans après le dernier film, 5 astronautes arrivent sur la planète et y trouvent un Taylor âgé, qui dirige une communauté d’humains qui luttent pour leur égalité avec les singes. On aurait retrouvé Charlton Heston dans ce film ?

1998 : un documentaire, « Back to the Planet of the Apes » (« Retour à la Planète des Singes »), est produit pour célébrer les 30 ans de la saga. Roddy McDowall présente le documentaire, mais malheureusement il était déjà très malade, et meurt peu de temps après la production, le 3 octobre 1998.

Décembre 1998 : James Cameron se retire du projet.

Et Cornelius dit : « il y a quoi dans la boîte ? »

31 janvier 1999 : scénario de Andrew Kevin Walker (8mm et Seven). Le scénario parle d’un voyage au centre de la terre à la recherche d’une source d’énergie, on y découvre des singes qui veulent envahir la surface.

Février 1999 : interview de Michael Bay qui a eu des discussions avec la Fox. Mais rien n’émerge.

Février 2000 : nouveau scénario de William F. Broyles : 50 ans dans le futur un astronaute franchit un trou de ver et se retrouve sur la planète des singes. C’est ce scénario qui sera adapté en 2001 par Tim Burton.

 

Et vous, aimez-vous La Planète des Singes ? Evoquez vos souvenirs dans les commentaires ci-dessous, et bon visionnage du live !


Partagez l'article
      
 
   
      
 
  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.