Star Trek Continues!

Partagez l'article
      
 
   

Une de mes passions est Star Trek, série originale (1966-1969) et Nouvelle Génération (1987-1993). De nombreuses fanfictions ont vu le jour au cours des années grâce aux progrès techniques de plus en plus accessibles. En voici une en lien que je trouve particulièrement remarquable. Il s’agit d’une suite de l’épisode « Pauvre Apollon » (deuxième saison, deuxième épisode), dans laquelle l’équipage de l’Enterprise rencontre le Dieu grec.

 

– L’interprète original d’Apollon en 1967 reprend son rôle avec grande classe !

– Vic Mignogna interprète le capitaine Kirk. Il parvient à capturer le manièrisme caractéristique de William Shatner sans en faire une caricature, et en apportant une personnalité qui lui est propre. Une grande performance.

– Vic Mignogna est également le réalisateur de l’épisode, co-scénariste, monteur, compositeur des quelques morceaux non tirés de la musique d’époque et charpentier ! Sa polyvalence n’est pas sans m’évoquer celle du grand Alexandre Astier chez nous.

– Larry Nemecek, qui offre une excellente interprétation de McCoy, est plus connu pour être l’auteur du livre Star Trek Next Generation Companion, et un Trekker dans l’âme.

– Qui d’autre aurait pu interpréter Scotty que le propre fils de James Doohan, Christopher ? Il se paie même le luxe d’avoir son nom au générique, honneur que ne connut jamais son père.

– Grant Imahara, qui incarne Sulu, est surtout un concepteur d’effets spéciaux à Industrial Light and Magic.

– C’est Marina Sirtis (le conseiller Deanna Troi dans Star Trek Nouvelle Génération) qui prête sa voix à l’ordinateur de bord, rôle qui fut longtemps dévolu à la femme de Gene Roddenberry, Majel Barrett Roddenberry.

– A noter une apparition d’un autre « Apollo », Jamie Bamber de la nouvelle série Galactica !

Bref, une excellente surprise pour le fan que je suis. Il est facile de tourner en dérision la série des années 60 ou de jouer sur le second degré. Il est beaucoup plus difficile d’en assurer la continuité dans le plus grand sérieux. C’est ce qu’a accompli Vic Mignogna et son équipe. Il est bon de voir que certains comprennent encore ce qu’est Star Trek après la transformation de la franchise en blockbuster d’action, qui si elle est réussie en grande partie, éloigne d’autant l’univers de son esprit d’origine. Il ne reste qu’à espérer que ce soit le début d’une plus longue série qui méritera d’être appelée « saison 4 » de Star Trek. Un fanboy peut rêver…


Partagez l'article
      
 
   
      
 
  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.