BABYLON 5 ! 30 jours, mes 30 références geek 12/30

Partagez l'article
      
 
   

On va faire court, Babylon 5 est ma série préférée, et jms est la permière personne que je remercie dans mon roman « Mais qui est donc Sister Love ? ». Tout est de sa faute.

Merci de votre attention.

Vous êtes toujours là ? Bon, OK, je développe un peu. Babylon 5 c’est un roman pour la télévision, sur cinq saisons. Et c’est écrit à 80% par un seul homme, Joseph Michael Straczynski.

80% vous paraît peu ? Pour une série américaine traditionnelle, c’est de la folie furieuse. Car on ne parle pas là de 80% d’idées d’histoires assignées à d’autres scénaristes, on parle de 91 scénarios écrits sur 110 (5 saisons de 22 épisodes, les saisons 3 et 4 sont écrites en totalité par lui), plus les téléfilms. jms, le diminutif qu’il affectionne sur internet, en lettres minuscules parce qu’il trouve cela moins agressif, était à la fois le producteur exécutif et l’UNIQUE scénariste sur deux saison et demie consécutives. Sorties en recueil, ses contributions font quatorze volumes, celles des autres scénaristes : trois.

Autant dire que sa voix était primordiale, et que sa voix m’a plu.

Un roman spatial

La légende, écrite par lui-même, veut que jms, sous sa douche, ait eu l’idée de combiner deux séries qu’il avait en tête, une série épique sur une guerre entre des races extraterrestres très anciennes, et une série se passant dans une station spatiale. Il mettra cinq ans à la vendre, et ce qu’il pensait être un atout, à savoir la renaissance de Star Trek avec la série de la Nouvelle Génération, sera un handicap. Partout on lui dit que Star Trek est un épiphénomène, et qu’aucune autre série de science-fiction autre que Star Trek n’a dépassé les deux saisons depuis.

Pire, alors qu’il avait proposé la série à Paramount, qui l’avait refusée, à la mise en chantier de Babylon 5, le studio annonce Star Trek Deep Space Nine, se passant également dans une station spatiale à proximité d’une « voie de passage », avec un commandant traumatisé par un conflit armé, avec une femme en premier assistant, les deux épisodes pilotes ayant un personnage qui change d’apparence…

Il faudra les talents du producteur chevronné Doug Netter, et les plans d’effets spéciaux numériques signés par Ron Thornton, combinés au pitch de Straczynski, pour convaincre Warner, pourtant échaudée par les surcoûts de la mini-série V, de mettre en route la série, qui sera diffusée sur leur nouveau réseau de chaines locales, le Prime Time Entertainment Network.

Avec les deux tiers du budget d’un épisode de Star Trek à l’époque, Babylon 5, la série, débarque donc en 1993, six mois après la diffusion de l’épisode pilote.

Découverte sur Canal+

Je découvris quant à moi la série sur Canal+, avec la diffusion du premier épisode, l’Attaque des Narns. Je ne sais pas si Canal+ a jamais diffusé l’épisode pilote, que je découvris plus tard en cassette vidéo à la vente. Ma première réaction fut de me dire que l’extraterrestre qui apparaissait au début ressemblait à Georges Marchais, le comique politique numéro un de l’époque, chef du Parti Communiste français !

La venue des Ombres

Et pourtant ce n’est pas la saison un qui me transporte. Il y a bien ça et là des indices qui montrent qu’une intrigue se monte dans les coulisses, mais rien encore de très intéressant. La bascule de produit à l’épisode « La Venue des Ombres » dans la saison 2, lequel remportera le prix Hugo cette année-là. Car en un épisode, jms bouscule toutes les certitudes que nous avions cru avoir jusqu’à ce moment.

Et Babylon 5 devient soudainement un feuilleton, à suivre, ce qui n’était pas si fréquent jusqu’alors, surtout en matière de science-fiction. Les personnages évoluent, se transforment, et tout parait organique sous la plume omniprésente de jms, accumulant les morceaux de bravoure. Car il a dans sa besace un atout : la planification.

Planifier pour impressionner

Toute la série est plus ou moins planifiée depuis le début. « Les protagonistes peuvent changer, mais la Seconde Guerre Mondiale reste la Seconde Guerre Mondiale ». Chacun de ses personnages a une « porte de sortie » potentielle, si l’acteur décide de partir ou est soudainement indisponible. Et des portes de sortie, il en aura besoin, déjà et en premier lieu en remplaçant le personnage principal de la série, le capitaine de la station, quand il s’avère que l’acteur souffre d’une maladie qui le rend instable mentalement !

Les personnages ainsi se remplacent les uns les autres, tandis qu’en toile de fond l’intrigue principale et épique se déroule en filigrane. Et en dépit des aléas de production (aucun renouvellement de saison ne fut acquis par avance, et il fallut trouver un autre diffuseur pour la saison 5, le Prime Time Entertainement Network disparaissant avec la fin de la saison 4), le pari est rempli : Babylon 5 aura bien cinq saisons, comme promis, et pas une de plus.

La planification a aussi lieu au niveau de la production. jms produit, et écrit tout, il peut donc se permettre de répartir le budget par épisode en début de saison, concentrant les effets spéciaux sur certains épisodes, ceci étant compensés par certains autres moins coûteux. Cela permet de gigantesques batailles spatiales dans certains épisodes ( » la fin des rêves », saison 3, nouveau prix Hugo), tels qu’on n’en aurait jamais vu avec des effets spéciaux « traditionnels », c’est-à-dire non numériques.

Il semblerait que chacune des saisons de Babylon 5 aient respecté leur budget, et qu’elles soient même finies en-dessous du budget. De l’inédit en matière de science-fiction.

Babylon 5 est donc un modèle de production « responsable », y compris dans ses journées de tournage, qui ne connaissent pas les dépassements horaires communs dans la quasi-totalité des productions télévisées. L’effet pervers sera que certains acteurs se plaindront d’être moins bien payés sur Babylon 5, car pour eux les heures supplémentaires étaient quelque chose de normal !

Le « vrai » plan !

En fait le plan originel était tout autre. Dans la série finale, la Grande Guerre contre les Ombres prend fin à la saison 4, et le reste de la série se concentre sur ses répercussions.

Le plan original était que les Ombres gagneraient à la saison 5 de Babylon 5, et qu’ils détruiraient la station ! Les membres survivants du casting se réfugieraient alors dans la station Babylon 4, projetée dans le futur, pour combattre un autre jour dans la série dérivée « Babylon Prime » !

Peut-être en voyant ses difficultés pour produire n’était-ce qu’une saison de Babylon 5, jms décide apparemment de condenser ses deux séries en une seule. Il résoudra l’arc de Babylon 4, qu’il avait introduit dans la première saison, d’une façon rien moins que brillante dans l’épisode en deux parties « La guerre sans fin », à tel point qu’on se demandera si ce n’était pas prévu depuis le début ! Mais en fait, non…

Babylon 5 est une série unique, sensible et intelligente, que même son auteur ne semble pas capable d’égaler. L’œuvre d’une vie ?

 

Et vous, connaissez-vous et appréciez-vous Babylon 5 ? Dites-le moi en commentaire, si vous le voulez bien !

Babylon 5 scripts
La collection complète des scripts de Babylon 5 ! Incidemment, ils me donneront envie d’écrire en scénario Who Is Sister Love?

Partagez l'article
      
 
   
      
 
  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.