N’oubliez jamais BLADE, le vrai début du MCU !

Partagez l'article
      
 
   

Blade, c’est qui, ça ?

C’est sans doute ce que je me suis dit en découvrant dans mes journaux favoris la liste des films à sortir. Nous sommes en 1998, et cela fait quinze ans que je suis avec assiduité les bandes dessinées de Marvel, qui sortent en France grâce principalement aux Éditions Lug. Et Blade, je n’en avais jamais entendu parler !

Il faut dire que les revues Lug sortent sous le régime des publications pour la jeunesse, et que Blade apparaît dans Tomb of Dracula ! À priori certains numéros de Dracula sont sortis chez Arédit, mais il ne me serait pas venu à l’idée de les acheter. Je n’étais pas fan d’horreur, mais alors du tout.

Marvel au cinéma en 1998, c’est quoi ?

Pour paraphraser le Joker qui parcoure les photos de Vicki Vale dans le Batman de 1989 : « de la merde, de la merde, de la merde… ».

Alors que DC s’installe au cinéma avec Superman et Batman, Marvel se contente des miettes. Certains épisodes des séries télévisées de Spider-Man et Hulk sortent au cinéma en France, mais ils ne font guère illusion. Des téléfilms sont produits sur Captain America et Docteur Strange. Le film Cannon sur Captain America est-il même sorti en France au cinéma ? La Cannon, encore elle, avait annoncé un Spider-Man réalisé par… Joseph Zito, réalisateur de Portés Disparus, Invasion USA et du Scorpion Rouge ! Le projet de Spider-Man par James Cameron, qui fait rêver tous les fans de cinéma et de comic book, ne se fera pas. Et le film des 4 Fantastiques, s’il sera bien tourné en 1994, ne sera jamais diffusé où que ce soit…

Autant dire que personne n’attendait Blade !

Et pourtant ce film sera un mini-séisme. Violent, fun et décomplexé dès sa première scène d’anthologie, le film s’avère maitrisé de bout en bout. Il se prend au sérieux là où il le faut, et il a les touches d’humour qu’il faut aussi. Car la justesse de ton est ce qui frappe le plus quand on regarde Blade encore aujourd’hui.

Blade

Prendre les super-héros au sérieux, c’est quelque chose que Hollywood ne sait pas vraiment faire. Les Superman de Christopher Reeve ont sombré dans la parodie dès que Richard Lester a eu en charge un film en entier, à savoir Superman 3. Les Batman de Burton avaient un aspect grotesque, mais qui convenait au personnage de Batman, même si j’étais personnellement moins fan de Batman le Défi. Ils passent aux aussi en mode semi-parodique dans Batman Forever, et surtout dans Batman et Robin, qui sort un an avant Blade, en 1997, et qui arrête la franchise pour plusieurs années.

Réalisé pour un tiers du budget de Batman et Robin, Blade fournira le modèle de sérieux sur lequel se calqueront nombre des adaptations de super-héros à venir, en particulier chez Marvel.

Blade n’est pas là pour trier les lentilles

Ce titre, que j’emprunte à un des slogans du merveilleux Kaamelott, le film, résumé assez bien le sérieux avec lequel Stephen Norrington approche le matériau de base. Blade n’est pas là pour rigoler, ce qui n’empêche pas du plaisir de spectateur en pagaille. Dès la première scène dans la boîte de nuit sanglante, le personnage est iconisé, peut-être plus qu’aucun autre avant lui. Un an avant Matrix, Blade met déjà à l’honneur les arts martiaux avec un Wesley Snipes impressionnant. Les cascadeurs ont réellement dû se faire mal sur certaines des prises, ce n’est pas possible autrement ! Les coups pleuvent sur les vampires, les chorégraphies sont soignées, que demande le peuple ?

Blade « pète » la classe, tout simplement. Il revigore un genre qu’on aurait pu croire d’ores et déjà moribond, et il commence déjà à bien utiliser les outils numériques. Même si les effets spéciaux peuvent paraître datés aujourd’hui, ils restent efficaces, car ils sont au service d’une histoire qui ne recule pas devant le gore et la violence. On a du mal dans ces conditions à appréhender ce que va donner le personnage sous l’égide de Disney. Est-ce que ce sera comme Morbius, un film de vampire sans une trace de sang ?

La suite n’est pas mieux ?

Pas pour moi. De toute façon, pas de suite si le premier n’avait pas été aussi bon. La preuve, la série s’est finie sur un numéro trois assez médiocre.

Oui, Blade 2 est plus artistique que le premier, et c’est peut-être une de ses limites. La premier film a un aspect très naturaliste au niveau des éclairages. Dans le deux on passe dans une fantaisie totale au niveau de la photographie, et des thématiques. La premier film se passait dans le monde « réel », ce qui créait des contrastes assez intéressants. Blade 2, c’est de la « fantasy vampirique », et cela a son charme, j’aime beaucoup Blade 2. Je préfère simplement le premier. Je n’ai pas vu la série.

 

Et vous, que pensez-vous de Blade, et de ses suites ? Dites-le moi en commentaire !


Partagez l'article
      
 
   
      
 
  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.